• Je raconte ma vie

    Posté le 31 août 2015

    Ecrit par latetefroide

    Mots-clefs

    , ,
    Quand je n’ai manqué de (presque) rien

    Oui, je suis née dans une famille géniale, grande fratrie de cinq, je suis la troisième, place stratégique autant pour moi que pour mes parents. Stratégique pour moi, car je suis pile au milieu des frères et sœur, alors souvent les infos transitent par moi ; et la commère que je (ne) suis (pas) apprécie. Stratégique pour mes parents, car fin des années 80, le gouvernement français offrait de belles alloc’ aux couples qui mettaient en route le troisième, pour booster la démographie ; maman, papa, je vous ai démasqués. Un jour, ma mère me dit : – « arrête de te plaindre, tu n’as jamais manqué de rien ! » Et là, ni une ni deux, je lui dégaine ma liste, cette liste :

    - J’ai manqué de Nutella. Le pot arrivait fraichement le samedi matin après les courses et le dimanche matin, il avait déjà disparu dans le ventre de mes frères ; je balance.

    - J’ai manqué plein d’épisodes de mes séries préférées. Une télé pour sept, et une seule règle : premier arrivé, premier servi. Et quand les parents arrivaient, l’unique règle sautait et le principe de la priorité entrait en jeu.

    - J’ai manqué toutes les nintendos et playstations. C’est simple, on s’est arrêtés à la méga drive.

    - J’ai manqué d’argent de poche ; et laissez-moi vous dire que le problème ne venait pas de mes poches.

    - J’ai manqué d’espace : une chambre pour 4… Je ri-go-le (tout de suite, les vieux clichés) ! Non, une chambre pour 2, mais ça fait toujours une personne de trop, et ce n’était pas moi d’abord.

    - J’ai manqué de swag : forcément, en récupérant les habits de son grand frère, sachant que je suis une fille… J’ai beau avoir du goût et la foi, j’allais pas faire de miracles.

    - J’ai manqué de bouffe française : surtout le samedi soir quand c’était repas camerounais ! De simples croque-monsieurs auraient pourtant fait l’affaire !

    Par contre, je n’ai jamais manqué d’amour de la part de mes parents, de vacheries de la part de mes frères et sœur, le tout sous fond de solidarité. Néanmoins, cela n’efface en rien le manque de Nutella ; il y a des frustrations plus fortes que tout ça. C’était pas évident, mais j’ai quand même réussi à :

    Garder latêtefroide,

    AA

    Cet article a été posté le Lundi 31 août 2015 à 21 h 50 min et est rangé sous Je raconte ma vie. Vous pouvez suivre toutes les réponses à cet article à travers le RSS 2.0 Flux. Vous pouvez sauter la fin et laisser une réponse. Les Pings ne sont pas autorisés.
  • 0 commentaires

    Jetez un oeil à quelques-unes des réponses que nous avons eu à cet article.

  • Laisser un commentaire

    Faites-nous savoir ce que vous pensez .

  • Nom(obligatoire):

    Adresse de contact(obligatoire):

    Message:

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus