• Quand tu paies un interprète

    -          «  Allô ?

    -          Bonjour, je souhaiterais réserver un interprète français – LSF, pour lundi prochain 16h ; rendez-vous avec le parent sourd d’un élève.

    -          D’accord, cela fera 160 euros TTC.

    -          Aie, ça fait trop cher pour une école.

    -          Ok, je vous le fais à 10 euros du coup… » LOL

    L’histoire est vraie, jusqu’au LOL ! Lassée d’entendre « c’est trop cher un interprète », je me décide  enfin à écrire un article, histoire de relativiser, voire justifier, faut bien le dire, le prix de l’interprète.

    Quand tu paies un interprète, tu paies :

    -          Un bac + 5. – «  Quoi, juste pour être bilingue ? » Non, pas juste pour être bilingue justement, mais pour savoir interpréter. Tout locuteur du français, n’est pas forcément un bon rédacteur hein ? Bah c’est pareil. T’as beau être bilingue, et c’est la base avant de vouloir interpréter quoique ce soit, ça ne fait pas nécessairement de toi un bon interprète.

    -          Tu paies un professionnel. – «  Mais ma cousine a des parents sourds, elle est bilingue,  elle sait interpréter. » Ce qui m’emmène à mon point suivant.

    -          Tu paies une neutralité. Oui, pas sûre que ta cousine saura se contenter d’interpréter sans parti pris si son professeur en vient à parler d’elle en mal.

    -          Tu paies un expert linguistique. Parler deux langues c’est une chose, avoir du recul sur ces deux langues et passer de l’une à l’autre avec aisance, c’en est une autre. Et j’aimerais te dire qu’il n’y a qu’un pas entre les deux, mais non. Il y a minimum 5 années après le bac.

    -          Tu paies un savoir faire. Voir point précédent.

    -          Tu paies un savoir être. Voir point précédant le point précédent.

    -          Tu paies la préparation. Oui, parce que j’ai beau être curieuse et cultivée (la dernière fois j’ai réussi à avoir une réponse à Question pour un champion), je ne suis pas encore calée sur l’électricité. Ni sur la nouvelle loi des macrobiotiques. Ni sur la mythologie grecque, etc. Autant de sujets et de domaines dans lesquels nous sommes appelés à intervenir pour traduire. Du coup, ça se prépare. Et la préparation, c’est du temps. Et le temps… Tu connais la suite.

    -          Tu paies le transport. Interpréter à 10 min à pieds de chez soi, c’est pas pareil qu’interpréter à 50 min en voiture. Ne t’inquiète pas, le tout est forfaitaire.

    -          Tu paies un service, tout simplement. Et service ne rime pas forcément avec bénévolat… Même si c’est pour des « pauvres petits sourds », oui.

    Voilà, les choses sont dites. J’en ferais peut-être pas tout un fromage, mais pourquoi pas une lettre si nécessaire J’espère quand même que tu pourras :

    Garder latêtefroide,

    AA

    Cet article a été posté le Lundi 29 février 2016 à 15 h 52 min et est rangé sous Interprétation. Vous pouvez suivre toutes les réponses à cet article à travers le RSS 2.0 Flux. Vous pouvez sauter la fin et laisser une réponse. Les Pings ne sont pas autorisés.
  • 2 commentaires

    Jetez un oeil à quelques-unes des réponses que nous avons eu à cet article.

    1. Amir Liloo
      fév 29th
      Reply

      Mais vous n’avez pas un barème officiel de vos honoraires? Et une grille forfaitaire pour la distance parcourue et pour l’hébergement si nécessaire ???!!
      Je ne sais pas mais Ca paraîtrait normal! Sinon que ce soit à l’école ou à la maison cette intervention n’est pas payable par le conseil général dans le cadre d’une mesure MDPH??
      Tout de même Ca paraîtrait normal qu’il y ait une aide financière pour que vous soyez retribués à votre mesure!!!

      • Bonjour Amir Liloo,
        Il n’y a pas de grille forfaitaire fixée par l’état, comme ça peut être le cas pour les médecins par exemple. Notre métier reste une profession privée, et donc libre à « nous » de fixer nos prix. Maintenant, pour être viable et cohérent dans notre prestation de service, nous avons une fourchette de prix dans laquelle se situent généralement les interprètes F/LSF.
        A titre d’exemple, voici les tarifs d’un service d’interprètes parisien.
        Concernant le financement des interprètes, plusieurs sources sont possibles. Le site de l’AFILS (Association Française des Interprètes et traducteurs en Langue des Signes) les recense de façon plutôt complète ici.
        Maintenant, l’article n’est bien entendu qu’une partie de ce que je peux vivre au quotidien en tant qu’interprète, et j’ai voulu mettre l’emphase sur ce côté « je rechigne à payer un interprète ». Bien entendu, qu’une fois passée la phase d’explication du pourquoi du tarif, j’oriente mon interlocuteur vers une solution de financement, car il peut ne pas être au courant des possibilités qui s’offrent à lui… Et puis, je travaille avec plaisir, et je suis payée avec plaisir :)
        Voilà pour les réponses à vos questions. Merci pour vos commentaire.
        Bonne soirée.

  • Laisser un commentaire

    Faites-nous savoir ce que vous pensez .

  • Nom(obligatoire):

    Adresse de contact(obligatoire):

    Message:

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus